Ça se passe comme ça au Japon (n°1)

  • Pas de chauffage ni d’isolation dans la plupart des habitations japonaises en dehors de l’île d’Hokkaidô (parce que là-haut, il fait VRAIMENT froid).
    La raison invoquée est le taux d’humidité très élevé qui ferait moisir l’intérieur des maisons et des appartements.
    Les Japonais privilégient des zones de chaleur isolées à défaut d’un chauffage central. Concrètement, ça peut être un matelas chauffant à glisser sous le futon, une table basse avec une sorte de couverture (kotatsu) qui maintient la chaleur produite par un petit chauffage qui se trouve en dessous, l’utilisation de chaufferettes ou bien de la bonne vieille bouillotte qui a fait ses preuves. Il y aussi la possibilité d’allumer le climatiseur en mode « air chaud », ce qui consomme un max et ne réchauffe la pièce que pendant le temps où il est allumé. Mieux vaut oublier cette méthode. Quand je me lève le matin, le dessous de mon matelas posé à même le sol est humide et je vois des gouttes d’eau sur la fenêtre. A l’intérieur.
    Je suis contente d’être arrivée à l’approche du printemps…
  • Le Japon n’a pas l’air de beaucoup se soucier de l’environnement. C’est la fiesta des emballages et des sacs plastiques ! Partout ! Tout le temps ! Ça m’avait déjà sidérée il y a dix ans mais depuis, rien n’a changé. On emballe les emballages selon une espèce de logique de poupées russes. Mais par contre on ne rigole pas avec le tri des déchets et les jours dévolus au ramassage d’ordures bien spécifiques.
    Gare au citoyen qui sera pris en train de jeter ses canettes le jour des combustibles. Pays de paradoxes.
  • En parlant de paradoxes, en voilà un autre : l’accès au Wifi.
    Pour les gens qui n’auraient pas de Box avec branchement Ethernet, il existe une alternative sous forme d’un petit boîtier d’accès au réseau Wifi. Les opérateurs se sont rendus compte qu’il n’était manifestement pas rentable de proposer des offres illimitées. Il est donc limité dans la plupart des cas, sans parler du fait que la couverture réseau laisse parfois à désirer. Dans les faits, si vous dépassez la limite de votre forfait, Internet ne sera pas coupé et vous ne serez pas forcément facturé plus cher, en revanche, le débit sera très, très, très bas.
    Tout ça pour prendre l’option au-dessus et payer plus cher.
    Ce pays n’est décidément pas celui des associations de consommateurs.
  • J’ai décidé de profiter de ce changement de vie pour remédier à certaines mauvaises habitudes. Je bois moins de café, je fais plus d’exercice, je mange davantage de légumes et… j’arrête de fumer ! A ce sujet, je n’arrive pas trop à déterminer si le Japon encourage les gens ou bien s’il leur met des bâtons dans les roues. Les cigarettes ne sont pas chères, on en trouve très facilement (notamment dans des distributeurs) et la plupart des cafés, karaokés ou restaurants ont des étages ou des salles fumeurs. Mais d’un autre côté, il est interdit de fumer dans la rue, à l’exception de rares endroits avec délimitation au sol.
    Je tiens depuis un peu plus d’une semaine. Je suis contente. Yay !
  • Je ne sais pas s’il peut rivaliser avec la Hollande mais le Japon n’est pas en reste pour ce qui est de la circulation à vélo ! Comme il n’y a pas de trottoir à proprement parler mais plutôt une espèce de marquage au sol, il faut être vigilant en tant que piéton. D’autant que même lorsqu’il y a des espaces piétons, les vélos roulent dessus. Dans les deux sens. Et sans casque ni blouson réfléchissant. Ha bravo.
  • Quand je suis arrivée, j’ai été surprise par le nombre de personnes portant un masque leur couvrant le nez et la bouche. Je sais que les Japonais en portent lorsqu’ils sont malades par égard pour les autres afin de ne pas leur transmettre leurs microbes. Mais autant de monde, en même temps ? Après enquête, il s’est avéré que c’était pour se protéger du « rhume des foins » qui sévit à cette saison. Apparemment, le pollen du cyprès du Japon couplé à la pollution donne un cocktail explosif à base d’yeux qui piquent, de gorge qui gratte, de sinus irrités et de muqueuses sanglantes. Bon appétit ! Ça ne m’avait pas marquée la première fois et pour cause : apparemment, nous avons tous un seuil de tolérance à ce type d’allergie et le jour où la limite est atteinte, mieux vaut se constituer un bon stock de masques.
  • Le 3 mars, c’était le hina matsuri, la fête des poupées et le jour des petites filles.
    A cette occasion, la tradition veut que les familles qui ont une fille à la maison disposent en escalier des poupées représentant la cour impériale de l’époque Heian (794-1185) avec en son sommet l’Empereur à gauche et l’Impératrice à droite, tous deux assis devant un paravent. Faute de budget ou d’espace, on peut se contenter du couple impérial sans le reste de la cour. La tradition ne se limite pas au foyer puisque on peut avoir l’occasion d’admirer ces poupées derrière des vitrines de magasin.

6 commentaires sur “Ça se passe comme ça au Japon (n°1)

  1. Coucou Camille,

    Félicitations je t’encourage à ne plus fumer….en même temps ça a l’air « challenging » de fumer au Japon…
    J’espère que ça va et que tu as le moral…
    A plus (j’adore te lire…)
    Patricia

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Patricia ! Merci : )
      Je tiens toujours ! Ca me titille un peu par moments mais ça va, il faut croire que je n’étais pas si accro que ça au tabac.
      Le moral n’est pas au top : le temps est pourri et on m’a fait comprendre qu’il serait assez compliqué de trouver un petit boulot pour seulement deux mois à Tôkyô mais bon, je ne lâche pas l’affaire, je vais bien trouver quelque chose !

      Bises et à bientôt !

      J'aime

  2. bonjour Camille ce sont les voisins de la Ferté, c’est très sympa de lire tout ces détails sur le Japon, qui reste pour nous un pays un peu éloigné et curieux…nous avons passé une partie de l’après midi avec Hélène et Françoise devant une petite tarte aux pommes…nous avons parlé de toi bien sur…courage le printemps arrive et les températures vont grimper…félicitations pour l,arret du tabac ..bon courage pour le travail…bises des PAM

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou les PAM ! Merci pour votre soutien et vos encouragements, j’espère que vous vous êtes régalés avec la tarte (si c’était comme celle qu’Annie avait préparé la dernière fois, je pense que oui !) Grosses bises !

      J'aime

  3. Je découvre vos récits, vos mots et je suis très heureuse. Merci à vous à Anne-Marie que j’aime beaucoup. J’adore le cinéma japonais, j’ai découvert le Japon par ses cinéastes. Encore merci.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s